«La reconnaissance par l’État est un grand succès»

17.05.2019 - 16:42 | Christian Possa

Étapes réjouissantes en Tanzanie, revers personnels au Mozambique, libéralisation globale en Éthiopie. Dans l’interview, Lucia Winkler, directrice des Programmes Afrique de l’Est, résume les évolutions des projets dans cette région du monde.

gesamtschau_ostafrika_tansania_mosambik_aethiopien_-_stiftung_kinderdorf_pestalozzi

Quels faits majeurs caractérisent-ils actuellement les pays de nos projets en Afrique de l’Est?
Il est très difficile de fournir une réponse générale, tant la région est vaste. Sur le plan économique, l’Afrique de l’Est connaît un rythme de développement sain par rapport au reste de l’Afrique. Des facteurs difficiles à anticiper tels que des sécheresses, une instabilité politique ou des conflits civils freinent toutefois régulièrement la croissance. La région présente, comme tout le continent d’ailleurs, d’immenses déficits en matière d’infrastructures. Les liens avec la Chine et ses investissements gigantesques constituent de ce fait un thème récurrent.

Des élections auront lieu cette année au Mozambique, puis l’année prochaine en Éthiopie et en Tanzanie. Quelles en sont les implications sur nos projets?
Après des élections, il est possible que des interlocuteurs soient remplacés. Un changement de gouvernement peut également être à l’origine de troubles politiques. En Éthiopie, le nouveau Premier ministre Abiy Ahmed a lancé toute une série de réformes en un temps record. C’est ainsi qu’il a par exemple fait libérer des milliers de prisonniers politiques, mis un terme aux vingt ans de guerre avec l’Érythrée et confié la moitié des postes ministériels à des femmes. L’Éthiopie a également sa première présidente en la personne de Sahle-Werk Zewde. De notre point de vue, ces évolutions sont très positives. Ceux qui détenaient auparavant le pouvoir et durent l’abandonner se montrent en revanche sceptiques face au rythme des changements.

«Le gouvernement tanzanien confie des programmes éducatifs nationaux aux enseignants formés dans le cadre de nos projets.»

En ce qui vous concerne, quels sont les enjeux majeurs pour l’année 2019?
Dans le sud de l’Éthiopie, les nouvelles installations sanitaires et salles de classe dans le cadre du projet «Accès à une éducation de qualité pour les enfants éthiopiens» sont presque achevées. C’est une étape importante et je me réjouis que les enfants puissent bientôt profiter des nouveaux bâtiments scolaires.

En Tanzanie, la responsabilité de notre projet sera transmise au gouvernement à la fin de l’année. En plus de la production de livres en swahili adaptés aux besoins des enfants, la formation continue des enseignants faisait partie des objectifs majeurs. D’entente avec le gouvernement local, les enseignants qui avaient suivi la formation et appliquaient correctement les méthodes transmises recevaient un certificat. Le gouvernement confiera à présent des projets éducatifs nationaux à certains d’entre eux. Cette reconnaissance par l’État constitue un grand succès.

Comment le premier projet a-t-il démarré au Mozambique?
Les débuts furent difficiles dans ce pays, du fait que le responsable local est décédé dans un accident de la circulation, ce qui a bouleversé tout le projet. Seules cinq des dix-huit activités prévues pour 2018 ont pu être réalisées. Nous tentons désormais de rattraper autant que possible les retards dans l’année en cours. Cela dépend toutefois également des capacités de notre organisation partenaire locale.

Autres articles de Christian Possa

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager