Apprendre à devenir autonome

Dans les foyers pour enfants comme celui d’Anenii Noi, des enfants comme Ludmila sont mis au ban de la société moldave. Le projet de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi a pour objectif de les intégrer à la vie scolaire et de les aider à préparer une vie autonome.

rs15966_20191025_moldawien_anenii_noi_45-scr
Réussir son intégration au sein de l’école du projet a décuplé la soif d’apprendre de Ludmila. Elle rêve de devenir styliste.

Ludmila était encore petite lorsque sa mère est décédée de la tuberculose. Les autorités l’ont alors placée dans un centre spécialisé, au cas où elle aurait été touchée par la maladie. Jusqu’à ses onze ans, Ludmila a vécu dans ce lieu totalement inconnu. Par la suite, elle n’a pu revenir chez elle, car ses parents proches n’avaient pas les moyens financiers pour subvenir à ses besoins. C’est ainsi qu’elle arriva au foyer pour enfants d’Anenii Noi.

Une intégration réussie

Svetlana Balan, directrice du centre, se souvient: «Elle était très triste et malheureuse lorsqu’elle est arrivée chez nous.» Ces dernières années, elle a beaucoup évolué. «Elle a développé une grande soif d’apprendre et exprime de nouveau la joie d’un enfant.» Une intégration scolaire réussie et le soutien de ses enseignants et camarades de classe ont notamment contribué à cette réussite.

«Elle a développé une grande soif d’apprendre et exprime de nouveau la joie d’un enfant.»

Svetlana Balan – Directrice du centre
«Le premier jour d’école, je me sentais vraiment mal à l’aise et j’avais peur car je ne connaissais pas les autres enfants», se souvient Ludmila. Mais la jeune fille a rapidement trouvé sa place et une meilleure amie. «Depuis le début, Cristina est la personne la plus proche de moi. Nous parlons beaucoup et nous nous amusons bien.» Au foyer pour enfants, Ludmila a commencé à se créer des groupes d’amis. Aujourd’hui âgée de 13 ans, elle rêve de devenir styliste et de créer ses propres vêtements.

«J’ai rapidement trouvé ma place à l’école et je me suis même fait une meilleure amie.»

rs15969_20191025_moldawien_anenii_noi_48-scr
Accompagner son destin et lui donner des forces: Natalia Balta, Représentante du Pays pour la Fondation Village d’enfants Pestalozzi, avec Ludmila, 13 ans.

Renforcer les compétences individuelles et la coopération

Le projet «Insertion scolaire d’enfants défavorisés» a démarré en 2017 et s’est concentré les trois années suivantes sur la période suivant le départ du foyer. «Durant cette phase, les enfants ont notamment besoin d’un soutien émotionnel et social», souligne Cristina Coroban, Responsable du projet. Au travers du projet, il est donc essentiel d’améliorer leurs compétences individuelles, autrement dit leurs facultés sociales pour leur permettre de mener une vie indépendante.

Parallèlement, nous travaillons à renforcer la coopération permanente entre tous les acteurs. Beaucoup de chemin a été parcouru ces dernières années. Au début du projet, on entendait souvent dans les écoles: «Les enfants des foyers ne sont pas nos enfants.» Les formations et ateliers intensifs organisés avec les enseignants, les travailleurs sociaux des écoles ou les communautés ont changé la perception des personnes vis-à-vis de ces enfants. La directrice du foyer prend notamment pour exemple le professeur de mathématiques de Ludmila. Comme il lui manquait une année scolaire, la jeune fille avait engrangé un retard important dans cette matière. Dès son arrivée à l’école, son enseignant l’épaula: «Je ferai tout mon possible pour que tu puisses rattraper le groupe.»

Faire tomber les préjugés

La première phase du projet étalé sur trois ans témoigne déjà d’un changement d’attitude chez les parents d’élèves. Au départ, ils étaient opposés à l’intégration d’enfants venant de foyers. Aujourd’hui, il n’est pas rare que certains pensionnaires du foyer soient invités chez des camarades de classe, qu’ils soient emmenés chez le coiffeur ou qu’on leur offre une pizza. Un autre exemple de cette réussite sont les excursions organisées à la fin de l’année scolaire: les parents collectent de l’argent en faveur des enfants des foyers, n’ayant pas les moyens d’y participer.

«Après leur départ du foyer, les enfants ont notamment besoin d’un soutien émotionnel et social.»

Cristina Coroban – Responsable du projet
rs15965_20191025_moldawien_anenii_noi_44-scr
Avec beaucoup de patience, de douceur et de bienveillance, les employées du foyer pour enfants d’Anenii Noi les aident aux devoirs.