Le compte est bon

17.02.2020 - 16:26 | Christian Possa

Associer l’éducation aux droits de l’enfant et à l’arithmétique est un bon calcul: l’école primaire Ucitelj Tasa de Nis en Serbie présente un exemple de la manière dont une approche interdisciplinaire permet de multiplier la connaissance de ses propres droits.

schueler_malt_kinderrechtsbildung_serbien_kinderdorf-pestalozzi
Éducation aux droits de l’enfant pendant un cours de mathématiques: les uns reçoivent une pomme, d’autres un exercice ardu.

Aujourd’hui, Milena Mladenovich commence son cours de mathématiques par un tirage au sort. Chaque feuille de papier à retirer dans une boîte en carton blanc désigne une table dans la classe. Quand tous les enfants ont tiré une feuille et occupé la place qui leur était assignée, la salle se présente ainsi: à certaines tables, il n’y a que deux enfants alors que d’autres sont occupées par cinq à sept enfants dans un tumulte bigarré.

Pommes ou fractions?

Comme chaque groupe de travail devrait théoriquement se composer de quatre élèves, ceux-ci sont confrontés au problème de déterminer eux-mêmes qui changera de place. Vient ensuite une leçon sur le thème de la discrimination. Milena Mladenovich explique à ses élèves ce qu’elle attend d’eux: certains enfants reçoivent une pomme croquante dont ils ont le droit de manger la moitié, alors que d’autres doivent résoudre un exercice de calcul avec des fractions – pas une mince affaire. Une dizaine de minutes plus tard, l’institutrice décante la situation: elle donne la solution des exercices de mathématiques et soulève par la même occasion la question des droits de l’enfant: «Pensez-vous que la manière dont j’ai réparti les tâches entre vous était juste? Qu’avez-vous ressenti?» Une discussion animée sur le thème de la discrimination et de la justice sociale démarre rapidement, au cours de laquelle les enfants parlent de leurs propres expériences en matière d’inégalité de traitement. Les pommes entamées permettent à Milena Mladenovich de ramener très concrètement l’attention de ses élèves sur le calcul avec des fractions. Une évaluation du cours, sur une échelle de 1/5 à 5/5 de manière adaptée au thème, complète la leçon.

«Les enfants se penchent intensément sur leurs droits et font preuve d’une grande sensibilité.»

Milena Mladenovich – enseignante

Frapper les esprits

La facilité avec laquelle des éléments relatifs aux droits de l’enfant sont intégrés dans toutes les matières imaginables à l’école Ucitelj Tasa reflète la réflexion fondamentale que le projet «Éducation aux droits de l’enfant en Serbie» a engendrée – au sein de la direction, parmi les enseignants comme auprès des élèves. «Les enfants se penchent intensément sur leurs droits et font preuve d’une grande sensibilité », se réjouit Milena Mladenovich. Même s’il reste encore beaucoup à faire, elle est heureuse de constater le grand nombre d’institutrices et d’instituteurs qui, au fil des ans, ont modifié leur manière de voir les choses et s’engagent désormais en faveur d’une approche axée sur les droits de l’enfant. «En tant qu’enseignants, nous avons l’habitude de prendre sur nous et de tout contrôler. Aujourd’hui, nous plaçons les enfants au centre du processus d’apprentissage, parce qu’il y a beaucoup de choses qu’ils savent déjà faire à la perfection.»

Autres articles de Christian Possa

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager