Le contexte local comme élément clé

Démarrage du projet au Guatemala 09.07.2019 - 11:08 | Christian Possa

Dans le département de Chiquimula, seule une fraction des enfants qui quittent l’école primaire savent lire, écrire et calculer correctement. Une visite de l’école Unitaria del Caserío à El Limar permet d’en comprendre les raisons et de voir comment la Fondation Village d’enfants Pestalozzi tente d’y remédier.

patenschaftsbericht_zentralamerika_-_guatemala_-_lesen_im_unterricht_-_stiftung_kinderdorf_pestalozzi_-_pestalozzi_childrens_foundation
Otto Rene Nufio Gonzalez lit un texte avec sa classe.

Le réveil d’Otto Rene Nufio Gonzalez sonne à quatre heures trente du matin. Le jeune homme de 25 ans est instituteur et directeur d’une petite école primaire dans l’agglomération de Jocotán. Comme il vit en périphérie de la ville, il a tous les jours un trajet de trois quarts d’heure en moto pour rejoindre le point de rencontre des institutrices et des instituteurs où une quinzaine de personnes s’entassent sur la plateforme d’une camionnette pour se rendre à leurs lieux de travail. 22 kilomètres sur des routes naturelles, des dizaines de virages et une multitude de nids de poule séparent encore Otto Rene Nufio Gonzalez de ses élèves.

Changer des méthodes d’enseignement dépassées

Leonel Meono connaît la situation des enseignants dans les régions écartées du département de Chiquimula. En sa qualité de coordinateur de l’organisation partenaire Fe y Alegría, il est en charge avec son équipe des 24 écoles associées au projet. Selon lui, la collaboration et les séminaires sont très importants pour savoir ce qui préoccupe les institutrices et les instituteurs. «Il s’agit de connaître le contexte afin de pouvoir répondre aux besoins réels des enseignants. » Les séminaires représentent, selon Leonel Meono, un changement de paradigme dans le système éducatif guatémaltèque: il s’agit de s’éloigner de l’enseignement frontal traditionnel.

Otto Rene Nufio Gonzalez est en charge d’une classe mixte composée d’élèves de quatrième, de cinquième et de sixième années. 22 enfants sont assis dans la grande salle de classe le jour de la visite de Carlos, conseiller pédagogique de Fe y Alegría. Il avait déjà souvent apporté un grand soutien à Otto, que ce soit au cours de séminaires spécifiques sur les stratégies d’apprentissage de la lecture ou par des réactions directes émanant du coaching.

Adapter les programmes scolaires à la culture locale

«J’aimerais apprendre encore plus de techniques et de stratégies pour aider les enfants à gagner de la confiance en eux et à mieux s’exprimer.» Des programmes adaptés localement constituent un instrument majeur lorsqu’il s’agit de tenir compte du contexte culturel des Maya Ch’orti’ dans leur quotidien scolaire. Un exemple: Si les enfants apprennent le tableau des chiffres maya, en comptant avec des haricots ou des grains de maïs, ils comprendront plus facilement parce que c’est quelque chose qu’ils connaissent.

«Je voudrais aider les enfants à gagner de la confiance en eux.»

Otto Rene Nufio Gonzalez – instituteur

De sa perspective de directeur de l’école, le jeune homme de 25 ans a surtout favorisé une collaboration accrue avec les parents. Par ailleurs, le projet a également montré à quel point leur implication est essentielle pour permettre aux enfants de progresser scolairement. Les premiers succès sont d’ailleurs apparus rapidement: «La première étape consistait à se rapprocher des parents afin de savoir par exemple pourquoi certains enfants ne venaient pas à l’école», explique Leonel Meono. Il s’agissait alors de proposer des aides et de rechercher le dialogue personnel. «L’idée consistait à sensibiliser les parents et à leur donner des stratégies en vue de motiver leurs enfants à rester ou à retourner à l’école.»

Autres articles de Christian Possa

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager