Le rapport entre une salade de fruits et l’acceptation

Comment apprend-on à discuter de manière pragmatique tout en représentant son point de vue personnel? Des élèves de troisième année de l’école secondaire de Mels ont mis en scène une assemblée communale dans le cadre d’une journée de projet consacrée aux thèmes du racisme, de l’exclusion et de la discrimination. Cette expérience leur a permis de constater à quel point des divergences d’opinion peuvent rapidement déboucher sur l’exclusion.

jugendliche_im_unterricht-themenprojekttag-stiftung_kinderdorf_pestalozzi
Le président de la commune rappelle les participants à l’ordre: la discussion est animée et les esprits s’échauffent.

Une mosquée au milieu de la commune? Ce sujet alimente des débats animés. Il ne figure pas sur l’agenda politique de la plus grande commune en superficie du canton de Saint-Gall, mais constituait le principal exercice de la journée de projet organisée à Mels en collaboration avec la paroisse catholique de cette commune. Le racisme, l’exclusion, la discrimination et la coopération en étaient les thèmes majeurs. Les adolescents sont tout de suite entrés dans le vif du sujet: après un bref jeu de présentation, les animateurs les ont for cés à sortir de leur zone de confort. L’exercice «getting comfortable with uncomfortable questions» confrontait les jeunes à des questions auxquelles il n’est pas facile de répondre. «Est-ce que les femmes sont plus douées que les hommes pour la cuisine?», «Les hommes font-ils de meilleurs présidents?», «Est-ce que j’apprécierais que mon fils se marie avec un homme?», «Existe-t-il un lien entre le terrorisme et la religion?». Nous sommes rarement confrontés à de telles questions et les réactions des adolescents le montraient clairement. Les réponses étaient hésitantes, l’ambiance tendue. Les élèves de l’école secondaire le constatèrent par la suite: «En donnant son avis, on risque de vexer quelqu’un».

Mosquée: oui ou non?

Revenons-en à l’exercice principal de la journée: un rôle est imparti à chaque élève dans un projet fictif de construction d’une mosquée au milieu de la petite ville, juste à côté du centre commercial. Son financement serait assuré à raison de 70% par un riche homme d’affaires, 10% par une association musulmane et 20% par la municipalité.

«La situation d’une étrangère n’est pas simple. Dans mon pays, on me voit aussi comme une étrangère. »

Dafina – étudiante
Ce dossier est à l’ordre du jour de l’assemblée communale qui sera appelée à voter sur le projet de construction d’une mosquée. Des élèves interprétant les rôles de représentants de divers partis politiques ont préparé des arguments à développer. En scène! «Tap, tap»: le président déclare l’assemblée communale ouverte d’un coup de marteau et résume brièvement la situation. Avant les débats, chaque parti présente l’argument qu’il juge le plus pertinent. La discussion commence et les esprits s’échauffent rapidement. L’ambiance est émotionnelle. Les intervenants se lancent des préjugés et des reproches à la figure. Les pédagogues de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi ainsi que les enseignants de l’école secondaire de Mels demeurent volontairement en retrait. Le président de la commune détient le pouvoir décisionnaire. Qui peut s’exprimer? Quel est le temps de parole de chaque parti? Comment réagir face à un manque de respect ou des agressions verbales? Le président de la commune est pleinement conscient de ses responsabilités. «Tout le monde parlait en même temps. J’étais clairement confronté à un défi», constate-t-il après l’exercice.
jugendliche_im_unterricht-konferenz-themenprojekttag-stiftung_kinderdorf_pestalozzi

Se montrer fair-play

Les arguments des représentants des différents partis tournaient autour de notions telles que les traditions, l’image de la ville, la tolérance et les coûts, comme ce serait le cas dans la vie réelle. «Plutôt crédible», répondent d’ailleurs la plupart des jeunes à la question de savoir ce qu’ils ont pensé du jeu de rôles. A travers des approches pédagogiques basées sur l’expérience et un mode ludique, la Fondation Village d’enfants Pestalozzi souhaite initier une réflexion auprès des jeunes en les incitant à défendre leurs opinions, tout en les soumettant à un examen critique et en écoutant les arguments des autres.

«Les journées de projets thématiques menées sur place sont très tangibles pour les élèves, parce que proches de leur réalité quotidienne.»

Barbara Germann – pédagogue

Accepter des points de vue et opinions divergents implique en effet une intense réflexion sur soimême. La partie discussion a ensuite permis de répondre à des questions en classe et de combattre les préjugés.

La méconnaissance est source de préjugés

Dafiné est une jeune musulmane qui a grandi en Suisse dans une famille pratiquante, mais elle ne porte pas le foulard. «Pourquoi?», lui demande un camarade de classe. «Mes parents me laissent le choix», répond la jeune fille d’un air déterminé. Elle se dit très contente que la question lui soit posée, du fait que, selon elle, les gens ne connaissent pas sa religion et que ce genre de dialogue permettrait de corriger des suppositions erronées. Hannes lance à la cantonade: «On devrait se demander ce que la Suisse serait sans les étrangers.» La pédagogue Monika Bont rebondit sur ce thème en recourant à des exemples marquants. Bananes, kiwis, mangues: la salade de fruits du dessert serait tristounette sans les apports de l’étranger. Mais la Suisse ne dépend pas seulement de l’étranger dans le secteur alimentaire: technologies, marché économique, la liste serait longue. Et il y a fort longtemps que le Suisse moyen ne passe plus ses vacances au coeur des Alpes: «Nous convoitons les richesses d’autres pays, mais demeurons indifférents à leurs populations», a constaté Monika Bont. Le thème de la journée de projet est plutôt ardu et les opinions contradictoires s’affrontent.

« Cette journée m’a appris à surmonter des préjugés. »

Sereina – étudiante
Aborder les sujets potentiellement sensibles est pourtant la seule manière de trouver des solutions. La journée de projet de l’école secondaire de Mels a montré aux jeunes à quel point il est important d’apprendre de nouvelles choses, de rester curieux et de revoir à l’occasion ses propres points de vue.

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager