Les mêmes droits pour tous

22.11.2018 - 15:42 | Veronica Gmünder

La troisième édition de la conférence nationale des enfants se déroulera du 15 au 18 novembre au Village d’enfants Pestalozzi. 40 enfants de Suisse alémanique et de la Principauté du Liechtenstein se réuniront à Trogen pour débattre de leurs droits. Les enfants de 10 à 13 ans aborderont des thèmes tels que la participation, les discriminations et les violations des droits de l’enfant.

kinderrechtsexpertin_stefanie_rinaldi
Stefanie Rinaldi, experte des droits humains

Avoir la possibilité de participer aux décisions du monde politique, des autorités ou des parents qui comptent pour leur vie quotidienne ne va pas de soi pour de nombreux enfants. Généralement, les parents ou les enseignants décident de ce qui est bon pour l’enfant, qui doit l’accepter. Cela agace Hannah de Berne: «Nous voulons participer aux décisions et être consultés lorsque la Suisse vote sur des sujets qui influencent notre vie quotidienne.» Son amie Rayya ajoute: «Et nous voulons que les droits de l’enfant fassent partie des programmes scolaires.»

Des enfants au secours d’autres enfants

Cette insatisfaction a incité ces dernières années quelque 120 enfants à participer à la conférence des enfants pour mieux connaître leurs droits et s’engager en conséquence. A l’issue des conférences, les garçons et les filles produisent des reportages radiophoniques au studio d’enregistrement du Village d’enfants. Dans ces reportages, ils expliquent ce qu’ils ont appris sur les droits de l’enfant: «Il est important que chaque enfant soit traité sur un pied d’égalité, même s’il est handicapé ou a une autre couleur de peau. Chaque enfant a la même valeur», relevait par exemple Nevio de Bâle.

Une experte des droits humains informe

Stefanie Rinaldi est une experte reconnue en matière de droits humains. Elle assure des formations continues dans ce domaine depuis dix ans et sait qu’il reste encore beaucoup à faire: selon elle, des droits humains sont bafoués quotidiennement en Suisse.

Stefanie, quels sont les droits humains fondamentaux?

Je n’ai pas envie de les diviser en catégories; les droits humains sont inaliénables et complémentaires. L’être humain ne peut se développer librement et vivre dignement que si tous les droits humains sont respectés. Certains d’entre eux ont néanmoins un caractère absolu et n’admettent aucune restriction. Je pourrais par exemple citer les principes d’interdiction de la torture et de non-discrimination.

Pourquoi est-il important que chaque individu connaisse ses droits?

Ce n’est que si je connais mes droits que je peux les respecter et les imposer.

A quelle fréquence des droits humains sont-ils violés en Suisse?

Il est impossible de répondre à cette question par un chiffre, même si les cas sont quotidiens, même en Suisse. Que l’on pense par exemple au racisme et aux expulsions forcées. Des entreprises établies en Suisse permettent des violations des droits de l'homme en exportant par exemple du matériel de guerre ou en s’approvisionnant auprès de fournisseurs qui ne respectent pas les droits humains.

Pourquoi existe-t-il des droits de l’enfant spécifiques, puisqu’il y a déjà les droits humains?

Les enfants ont un contexte de vie particulier et sont parfois vulnérables. Les droits de l’enfant concrétisent spécifiquement les droits de l’homme pour eux, afin de tenir compte de ces particularités. C’est ainsi qu’en Suisse, les enfants n’ont pas le droit de vote; le droit de participation leur garantit toutefois un droit d’intervention dans les décisions qui les concernent personnellement et la possibilité de se faire entendre.

Comment les enfants peuvent-ils s’informer de leurs droits?

Les droits de l’enfant devraient faire partie intégrante de notre système éducatif. Si des enfants souhaitent s’informer eux-mêmes, ils peuvent s’adresser à l’association Lobby suisse de l’enfant.

Et comment les enfants du pays peuvent-ils s’engager pour leurs droits?

Dans leur environnement quotidien, les enfants peuvent revendiquer leurs droits et se plaindre s’ils ont l’impression que ceux-ci ne sont pas respectés. Si un enfant a besoin de soutien, il peut se tourner vers une institution spécialisée comme l’association Kinderanwaltschaft Schweiz ou le service de médiation pour les droits de l’enfant.

La population suisse vit dans d’excellentes conditions. A quel point est-elle sensibilisée aux droits humains?

Dans la vie de tous les jours, la notion de droits humains est connue et largement établie. En revanche, il y a souvent des malentendus lorsqu’il s’agit de la définition précise. C’est ainsi que les droits humains sont souvent considérés comme le dernier recours lorsqu’une personne subit une injustice, même s’il ne s’agit pas d’une violation effective des droits humains. Le deuxième malentendu vient du fait que l’on pense que les droits humains ne sont là que pour protéger les autres: les étrangers, les criminels, les terroristes. En réalité, les droits humains protègent chacune et chacun d’entre nous et nous devrions veiller à ne pas affaiblir la protection des droits de l’homme.

Autres articles de Veronica Gmünder

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager