Prendre conscience de ses aptitudes

04.09.2020 - 12:00 | Christian Possa

Qui peut se vanter, à douze ans seulement, d’avoir contribué à la production de sa propre émission de radio? Tobias le peut. Il est l’un des neuf participants au projet «Reporters mobiles».

tobias_-_mobile_reporter_-_stiftung_kinderdorf_pestalozzi
En tant que reporter mobile, Tobias a appris à réaliser des interviews avec des étrangers.

Les passions de Tobias sont aussi diverses que nombreuses. Il aime le karaté, le kitesurf et les sports nautiques en général, il lit beaucoup et joue à des jeux vidéos comme de nombreux jeunes de son âge, il est fasciné par les objets télécommandés et son drone s’élève régulièrement dans les airs. En parlant de hauteur: ce jeune homme de douze ans rêve aussi d’une carrière au sommet. «Je veux faire un master après le lycée. Ensuite, on verra bien; peut-être comédien, chirurgien cardiaque ou gérant de ma propre entreprise. » Une chose est sûre, faire de la radio aide Tobias à atteindre ses objectifs. «En tant que présentateur radio, j’ai appris à m’exprimer de manière à ce que les gens m’écoutent.»

Comment un jeune de l’Hinterthurgau en est-il venu à faire de la radio? Grâce à la technologie. Sa mère les a fait participer, lui et son frère, à la Digiweek organisée au Village d’enfants. Là, il est entré
en contact avec la powerup_radio et le courant est passé. Toutefois, Tobias ne s’intéresse pas seulement à l’aspect technique, la musique est encore plus importante à ses yeux. «Lorsque l’on réalise un billet et que l’on cherche de la musique appropriée, on peut découvrir beaucoup de nouvelles choses.» Un troisième aspect de la radio le fascine: la possibilité de mettre en relation ses propres intérêts et le sujet de l’émission, d’expliquer leurs rapports. «Je veux que ceux qui m’écoutent comprennent aussi comment cela fonctionne».

À l’heure actuelle, Tobias prépare un billet de dix minutes pour la prochaine émission. Il parlera de jeux vidéos, plus précisément, de la manière dont ils sont programmés. Ce n’est pas une mince affaire, mais Tobias, qui aime les défis, a appris à simplifier les sujets complexes lors d’ateliers au Village d’enfants et il sait à quoi il doit prêter attention lors des interviews. Cette foisci, il s’agira toutefois d’un simple billet explicatif. Tobias en explique la raison en toute franchise: il aurait été difficile de trouver un spécialiste confirmé des jeux vidéos dans son entourage. «Et je n’ose pas demander à une entreprise.» Cet aveu ne doit pas éclipser les nombreux défis que le jeune garçon a déjà relevés depuis qu’il est devenu reporter mobile il y a à peine neuf mois. Ainsi, il a eu l’audace de mener une interview en anglais au cours d’une émission en direct du Village d’enfants, ce qui suscite toujours autant l’enthousiasme de Mariel Diez, éducatrice radio. «Nous vivons des moments forts lorsque nos reporters mobiles osent sortir des sentiers battus au lieu de dire: ‹Je préfère éviter›».

Susan Hamilton apporte un soutien indéfectible au projet et supporte son fils dans la mesure du possible. «Depuis ses premiers pas à la radio en novembre, Tobias est devenu sensiblement plus indépendant.» Elle explique l’avoir aidé pour la structure au début, mais Tobias a toujours voulu travailler seul – quelles qu’en soient les conséquences. «Par chance, il a su se défendre et s’imposer», estimet-elle avec le recul. «Je pense qu’il en retirera une expérience précieuse, il voit bien qu’il parvient à remplir son rôle tout seul.»

Autres articles de Christian Possa

Donner

Oui, j’aimerais effectuer un don pour les projets les plus urgents.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour le Village d'enfants.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Afrique de l’Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Amérique centrale.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Asie du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais effectuer un don pour l’Europe du Sud-Est.

Oui, j’aimerais rejoindre le Cercle d’amis.

Merci beaucoup pour votre don

Faites savoir à vos amis de la Fondation Village d’enfants Pestalozzi.

Partager